Article paru dans la Tribune de Genève le vendredi 6 avril 2018

Un arbre à palabres s’enracine à l’Ariana

Grand-mère Baobab prend ses aises à l’Ariana et ne fait pas cas du va-et-vient des visiteurs qui découvrent l’exposition «Potières d’Afrique». Elle est dans une autre dimension. Voilà 1700 ans déjà qu’elle est sortie de terre, à Madagascar, où elle a bien prospéré. Et puis un jour, elle a été prise en photo par Cedric Bregnard, un artiste épris d’arbres millénaires. Il en a d’ailleurs fait une série intitulée «Immortels», tant ces grands vénérables le touchent et le fascinent. Revenu chez lui, ce photographe de formation a bidouillé plusieurs prises de vues pour obtenir une image du baobab qui puisse être projetée à l’échelle réelle sur un mur. Un mur, situé au sous-sol de l’Ariana, qui mesure tout de même 9 mètres de large sur 3,5 mètres de hauteur. C’est là que cet arbre millénaire a repris racine et vie. Une entreprise ambitieuse que Cédric Bregnard a menée à bien lors d’une performance participative qui s’est déroulée le dimanche 18 mars et qui a réuni 55 personnes. Des visiteurs qui n’étaient pas forcément au courant du projet et qui ont été séduits. Plus des gens ou familles qui connaissaient déjà la démarche de l’artiste et souhaitaient participer à l’aventure. […]

(Extrait, Françoise Nidegger, Triibune de Genève)

Lire l’article en pdf